Vétérans, anciens résistants, acteurs et témoins du Débarquement en Normandie

Contenu

BILL ROSS

 

Bill Ross a 19 ans en 1944. Il appartient au régiment des Queen’s Own Rifles of Canada. C’est en mars 1944 qu’il arrive en Angleterre. Il rejoint le peloton 14 de la Compagnie C des QOR 1 mois avant le Débarquement.

Le Jour J à Bernières-sur-Mer

Enfermé dans le camp de Chilworth deux semaines avant l’invasion, il garde le souvenir amusé de tous ces jeunes hommes en sous-vêtements, casque en acier sur la tête qui, la nuit, durant les alertes aériennes, scrutaient le ciel, recevant ça et là des éclats d’obus. Il embarque avec sa compagnie sur le HMS Duke of Wellington, dans l’après-midi du 2 juin 1944, à Southampton. Il apprend le soir de l’invasion le nom de leur zone de Débarquement : Bernières -sur-Mer.
A 4h, le 6 juin 1944, il prend un copieux petit-déjeuner, va prier, s’équipe, puis descend dans son LCA (la barge de débarquement) qui se dirige, avec les 4 autres de sa compagnie, vers la plage de Bernières-sur-Mer.

Au milieu des gerbes d’eau et des explosions, il saute dans l’eau, en face de la Maison des Canadiens. Lourd de 35 kilos d’équipement, de l’eau sous les aisselles, il parvient à courir sur le sable. C’est durant ces minutes que son caporal l’empêche de poser le pied sur une mine, lui sauvant la vie. La journée du 6 juin le verra libérer avec ses camarades des QOR, outre Bernières-sur-Mer, les villages d’Anguerny et d’Anisy. Il passera sa première nuit en terre normande libérée, dans un trou d’hommes, sous les balles des mitrailleuses allemandes, au pied d’un calvaire à la sortie d’Anguerny.

 

La Bataille de Normandie et la libération de l’Europe

Le 4 juillet 1944, dans les premières minutes de l’attaque contre Carpiquet, Bill Ross reçoit des éclats d’obus au visage, et dans la jambe gauche. Il est évacué jusqu’en Angleterre, où il est opéré au menton, tandis qu’on lui retire les éclats d’obus de sa jambe.
Après une période de convalescence, il rejoint les Queen’s Own en septembre 1944, où il participe à la libération de Boulogne et Calais. Puis ce sera la Belgique, la Hollande, la Bataille du Rhin, l’Allemagne. Après le 8 mai 1945, son unité fut encasernée à Doorn aux Pays-Bas.
Durant la 3e semaine de décembre 1945, Bill et son groupe rejoignent Southampton, puis New-York City à bord du Queen Elizabeth, à bord duquel il fêtera Noël. Débarqué le 27 décembre 1945, il prend le train pour la gare ferroviaire de Montréal où l’attendent son père, sa mère, son frère Jim et sa cousine Mary. A la maison, un énorme panneau lui souhaite la Bienvenue… Jack et Jean, son frère et sa sœur, sont là aussi. Deux ans d’absence sont ainsi comblés ! Il a 20 ans…
C’est le 1er février 1946 que Bill Ross est finalement démobilisé.

L’après guerre

Marié à sa chère Dorothy, il a eu un fils, Mark, une belle-fille Sylvia et une adorable petite-fille, Quincy, et tous l’entourent d’une affection sans limite. Il vit aujourd’hui à l’Hôpital des Vétérans de Notre-Dame de Bellevue, au Québec.