Vétérans, anciens résistants, acteurs et témoins du Débarquement en Normandie

Contenu

Claude ANDRÉ - Engagé dans les Forces Navales Françaises Libres

 

Claude ANDRE est né le 27 septembre 1924 à Caen et est décédé le 3 mars 2020.

Adolescent, il fait partie d’un club de cyclotourisme. Quand la guerre éclate en 1939, Claude ANDRE a 15 ans. Il vit chez ses parents, commerçants à Caen. Il a une sœur et un frère qui s’est engagé dans la Marine en 1939.

« Tu es encore jeune mais si tu te sens capable de te débrouiller, échappe-toi de la zone occupée. Je te donnerai un peu d’argent » lui répète sa mère qui avait elle-même connu l’occupation à Lille, lors de la Première Guerre mondiale.

André MICHEL, peintre décorateur, membre de la Résistance et fondateur du réseau « Hector » à Caen, lui demande de relever, au cours de ses excursions cyclistes, des informations sur la construction du mur de l’Atlantique. Il fait ainsi son entrée en Résistance. Après l’arrestation d’André MICHEL, à l’automne 1941, il quitte le Calvados de peur d’être inquiété également dans l’éventualité ou son nom pourrait être évoqué. André MICHEL, condamné à mort avec deux autres camarades, est finalement exécuté dans l’enceinte de la caserne du 43e régiment d’artillerie à Caen le 9 mai 1942.

 

Un jour de 1942, Claude ANDRE s’arrête devant une affiche placardée sur la gendarmerie de Caen : « Engagez-vous dans la Marine ! ». Il voit dans cet appel, une occasion pour se rendre en zone libre. Ses parents lui signent l’autorisation de partir.

Dans le cadre de sa formation, il embarque pour l’Afrique du Nord : « Au large de l’Algérie, voilà qu’on subit des bombardements. On a rejoint le port de Bougie. Il y avait des cadavres sur les quais. On a appris que les bombardements étaient ceux des Allemands en riposte aux bombardements des Américains en Afrique du Nord ».

L’escale algérienne perdure. Claude ANDRE est alors envoyé en mission pour servir l’Amirauté d’Alger. Mais il n’a qu’une obsession : rejoindre l’Angleterre.

En se promenant un après-midi sur le port, il aperçoit un navire au drapeau français sur lequel figure la croix de la France Libre. Le jeune marin tente sa chance, monte à bord clandestinement et manifeste son intention de rejoindre les forces du Général de Gaulle. Il devient à ce moment là déserteur.

Arrivé en Angleterre, l’équipage est transporté jusqu’à Londres, dans une école où sont accueillis Polonais, Norvégiens, Hollandais, Belges, Grecs refusant l’occupation nazie.

Fin 1942, début 1943, il fait ses classes à Portsmouth où il reçoit une formation d’ASDIC : « Anti Submarine Detection Investigation Committee ». Son rôle sera dorénavant d’assurer la protection des convois à bord de corvettes équipées de sondes.

Après cette formation, l’aventure prend un nouveau tournant : « J’embarque sur le Lobelia (corvette). A mon premier convoi, j’ai été malade comme un chien. La journée, on était à peu près tranquilles, mais en alerte toutes les nuits, où il arrivait qu’on subisse des attaques incessantes ».

Pendant deux ans, il escorte des navires marchands entre l’Angleterre et Terre Neuve ou l’Hudson (chemin Atlantique Nord, Islande et Groenland) dans le but d’éviter les torpillages par des sous-marins allemands. Par la suite il continue la guerre à bord d’une frégate baptisée "la Surprise".

Pendant tout ce temps, il n’a aucune nouvelle de sa famille.

Il ne revient à Caen qu’après la Libération à l’occasion d’une permission obtenue en novembre 1944. La ville n’est plus que ruines : « C’était lugubre, impressionnant ». Sa mère a déménagé son commerce sur la côte, à Saint-Aubin-sur-Mer. Elle lui apprend que son père et son frère sont morts dans les bombardements du 6 juin 1944, l’un à Caen, l’autre à Vire.

Il est finalement démobilisé en octobre 1945 et revient s’installer dans le Calvados, à Saint-Aubin-sur-Mer où il se fait élire conseiller municipal.

Il y préside l’Association des écoles publiques et occupe la fonction de délégué cantonal de la Ligue de l’enseignement.

Attaché au milieu sportif, il sera également dirigeant d’un club de tennis caennais pendant une trentaine d’années, directeur sportif adjoint du Caen Basket Club et enfin arbitre départemental et régional de tennis.

Il a, depuis, participé à nombre de commémorations, films, évènements en lien avec la jeunesse, rencontres avec des lycéens. Comme il l’indique très modestement « La notion d’engagement était forte dans notre famille et ma mère m’a particulièrement motivé pour ne pas accepter la défaite et rejoindre la Grande-Bretagne. J’espère que mon témoignage servira aux jeunes générations ».

Claude ANDRE était titulaire de la Croix du combattant, de la Croix du combattant volontaire de la Résistance, de la Croix du combattant volontaire, de la Médaille commémorative des services volontaires dans la France Libre, de la Médaille de reconnaissance de la Nation, de la médaille commémorative 1939-1945 et de la médaille d’argent de la jeunesse et des sports.