Vétérans, anciens résistants, acteurs et témoins du Débarquement en Normandie

Contenu

Denzil COOPER, pilote de planeur Horsa

 

En 1939, quand la guerre est déclarée, Denzil Cooper est réserviste dans l’Armée territoriale. Né dans l’Essex en 1921, il est arrivé avec sa famille à Birmingham où son père, ouvrier ajusteur, est parvenu à trouver un emploi dans les années 1920.

Joueur de rugby enthousiaste, Denzil commence à travailler chez un pharmacien. Cette expérience et l’exemple du travail de sa mère au service des St John Ambulances incitent Denzil à rejoindre le Royal Army Medical Corps en 1938. Son unité, la 143 Field Ambulance, fait partie des forces expéditionnaires envoyées défendre la France en 1940. Cependant, âgé de seulement 18 ans, le jeune sergent Denzil est trop jeune pour être envoyé à l’étranger. Son unité toute entière sera capturée et envoyée dans un camp de prisonniers jusqu’à la fin de la guerre.

Denzil rejoint alors la 49e Division d’Infanterie pour être envoyé en Islande avec une unité d’hygiène. Il a le sentiment que la guerre est en train de se dérouler sans lui et il demande à rejoindre les forces aéroportées en tant que pilote de planeur ou infirmier aéroporté.

 

Il obtient un poste d’infirmier au service de l’Ox and Bucks Light Infantry, mais il est par la suite sélectionné pour suivre la formation de pilote de planeur à Tilshead, dans le Wiltshire. A la fin de sa formation, il reçoit ses ailes de pilote avec un score de 99.8% de réussite à l’examen. En plus du pilotage, ses camarades et lui doivent être capables de manier toutes les armes britanniques et allemandes et même de conduire un tank allemand Mk6.

Dans la nuit du Jour J, lors de l’opération Mallard, Denzil Cooper est copilote à bord d’un planeur Horsa qui transporte l’Ox and Bucks Light Infantry. Les pertes en pilotes de planeurs sont peu nombreuses au cours des atterrissages et Denzil et ses camarades pilotes rentrent en Angleterre rapidement. On aura besoin d’eux pour les opérations aéroportées suivantes. Durant l’été 1944, Denzil et ses collègues continuent à s’entraîner pour améliorer leurs techniques de vol. Seize missions aéroportées sont prévues et annulées durant cette période. Enfin, en septembre 1944, une des opérations les plus audacieuses de toute la guerre est entreprise : l’opération Market Garden, dont l’objectif consiste à faire atterrir des dizaines de milliers de parachutistes et de troupes de planeurs derrière les lignes ennemies. Les hommes du Régiment des Pilotes de Planeurs entrent à nouveau en action.

Le 17 septembre, Denzil Cooper achemine son planeur Horsa jusqu’à Arnhem, transportant une jeep et une remorque pour le South Staffs Battalion. Les pilotes de planeurs se sont portés volontaires pour avancer avec le bataillon jusqu’au pont principal à Arnhem. En raison de la forte résistance allemande, l’avancée échoue et les pilotes reçoivent l’ordre de protéger le quartier général de la Première Division aéroportée dans l’Hôtel Hartenstein.

Denzil Cooper est chanceux car, bien que blessé, il réussit à échapper aux troupes allemandes qui entourent les lieux et il rentre finalement en Angleterre. Les pertes parmi les pilotes de planeurs sont tellement élevées à Arnhem que des pilotes de la RAF sont sélectionnés pour piloter des planeurs et Denzil, doté d’une grande expérience, devient leur instructeur. Denzil Cooper quitte l’armée en 1947. Il est alors marié à Joan, une femme agent de police, son épouse depuis maintenant 66 ans.
Il se prend d’un grand intérêt pour l’optique et suit une formation d’opticien avant d’ouvrir à Birmingham trois cabinets qui connaissent un grand succès. Il prend finalement sa retraite à l’âge de 80 ans.
Denzil Cooper n’a jamais oublié ses camarades de guerre.

« Le temps que j’ai passé dans le Régiment fait partie des meilleures années de ma vie. J’ai apprécié la camaraderie de mes collègues et d’un petit groupe d’amis très spéciaux. Que leur mémoire reste toujours dans nos cœurs. »

Télécharger sa fiche portrait (format pdf - 210.6 ko - 18/04/2019)


Denzil Cooper was a serving soldier in the Territorial Army when war broke out in 1939. Born in Essex in 1921, his father, a tool setter, moved the family to Birmingham in the 1920s where he was able to obtain employment.

Denzil, a very keen rugby player, started working for a pharmacist. His experiences there and his mother’s work with the St John Ambulance Service incited Denzil to join the Royal Army Medical Corps in 1938. His unit 143 Field Ambulance was part of the expeditionary force sent to defend France in 1940. Denzil although a Sergeant, at 18 years, was under age to be sent abroad. The entire unit was captured and spent the rest of the war in a POW camp.

He subsequently joined the 49th Infantry Division and was sent to serve in Iceland with a hygiene unit. However, the war, for Denzil, was passing him by and he applied for airborne forces as a Glider Pilot or Airborne Medic. He was posted as a medical orderly to the Ox and Bucks Light Infantry but was subsequently selected to carry out Glider Pilot training at Tilshead in Wiltshire. On completion of his training he was awarded his pilots wings with an average pass rate of 99.8%. In addition to pilot training, he and his comrades had to be proficient in the use of all British weapons but also in the use of German arms, even to driving a Mk 6 German tank.

On the evening of D-Day, as part of Operation Mallard, Denzil Cooper flew as co–pilot of a Horsa glider transporting troops of the Ox and Bucks Light Infantry. Glider pilot losses in the landings were low and Denzil, with his fellow pilots, made their way back to England almost immediately as they would be needed to fly on future airborne operations. In the summer of 1944, Denzil and his colleagues continued to fly improving their skills. Sixteen airborne missions were planned and cancelled during this period. Finally, in September 1944, one of the most daring operations of the war was carried out. Operation Market Garden, the landing behind the enemy lines of tens of thousands of parachutists and glider borne troops. The men of the Glider Pilot Regiment were once again in action.

On 17th September, Denzil Cooper flew his Horsa glider into Arnhem transporting a jeep and trailer for the South Staffs Battalion. The glider pilots volunteered to advance with the battalion to the main road bridge at Arnhem. Due to strong German resistance the advance failed and the pilots were ordered to protect 1st Airborne Division headquarters at the Hartenstein Hotel. Denzil Cooper was fortunate, though wounded ; he managed to escape the enclosing German troops and eventually returned to England. Losses amongst the army glider pilots were so high at Arnhem, RAF pilots were selected to fly gliders and Denzil Cooper with his considerable experience was selected as a training instructor.
Denzil Cooper left the army in 1947, happily married to Joan who was a serving police woman and his wife of 66 years.

He became intensely interested in optics and trained as an optician running a very successful business with three premises in Birmingham finally retiring at 80 years of age.
Denzil Cooper has never forgotten his wartime comrades.

« The time spent in the Regiment constituted some of the best years of my life. The camaraderie I enjoyed with a very special group of friends and Colleagues. May their memories always live in our hearts. »

Download his portrait file (format pdf - 210.6 ko - 18/04/2019)