Pratiques agricoles

Contenu

Filière cidricole

 

Le verger de la région Basse-Normandie assure la production de 300 000 tonnes de pommes à cidre, soit 50 % de la production nationale. Le Calvados y figure en bonne place ; il est le 1er département français parmi les treize départements cidricoles de l’Ouest.

 

La pomme : reflet de l’identité Normande

Image d’Épinal de la Normandie et en particulier du Pays d’Auge, le verger traditionnel hautes tiges (ou plein vent) régresse depuis le milieu du siècle. Le Pays d’Auge comptait ainsi encore 2 100 pommiers pour 100 ha de SAU en 1965, seulement 650 trente ans plus tard. Cette densité a encore régressé depuis.
Le verger de haute tige est progressivement abandonné au profit du verger intensif dit de basse tige, apparu à la fin des années 1970. Le verger intensif basse tiges couvre aujourd’hui 2 400 ha, soit une évolution de 1 000 ha entre 2007 et 2012.

Cidre en grand format (nouvelle fenêtre)
Cidre

Le verger de la région Basse-Normandie assure la production de 300 000 tonnes de pommes à cidre, soit 50 % de la production nationale. Le Calvados y figure en bonne place ; il est le 1er département français parmi les treize départements cidricoles de l’Ouest.

Les appellations

On compte en tout :

  • 4 appellations AOC/AOP : Cidre AOP Pays d’Auge, Pommeau de Normandie, Calvados AOC Pays d’Auge, Calvados AOC.
  • 1 Indication Géographique Protégée (IGP) : Cidre de Normandie ou Cidre normand.

Les variétés de pommes

Les pommes à cidre sont répertoriées en 4 familles

Principales pommes en grand format (nouvelle fenêtre)
Principales pommes

La réglementation

La réglementation distingue 3 catégories de cidre bouché :

  • le cidre doux : maximum 3 % d’alcool et une teneur en sucres résiduels d’au moins 42 g/l.
  • le cidre demi-sec : teneur en sucres résiduels comprise entre 28 et 42 g/l.
  • le cidre brut : entre 4 et 5 % d’alcool et teneur en sucres résiduels de moins de 28 g/l.

La filière cidricole dans le Pays d’Auge

Particularité du Pays d’Auge

Le cas du Pays d’Auge est intéressant, du fait de l’importance de la filière de la pomme dans cette "Petite Région Agricole". Il présente tout d’abord des conditions favorables à l’implantation de vergers pour la fabrication du cidre : la pluviométrie y est importante, plus à l’Est qu’à l’Ouest du Pays d’Auge du fait de la cuesta. Lorsqu’une dépression d’Ouest arrive, l’obstacle que présente la cuesta provoque une chute de pluie d’Ouest en Est, selon le sens de prédominance du vent. Sur le plan édaphique et topographique, les sols à prédominance argileuse et le relief parfois très pentu (coteaux) donnent des conditions d’alimentation en eau idéales pour les pommiers. Les vergers identifiés pour l’AOC sont notamment situés sur ces versants.

L’AOC/AOP "Cidre Pays d’Auge"

Reconnu en AOC en 1996, le Cidre Pays d’Auge bénéficie de l’AOP, signe officiel européen de qualité.
La notion d’AOC induit une forte interrelation entre le produit, le terroir et le savoir-faire humain. La création de l’AOC « Pays d’Auge » a été une volonté de préserver le cidre du Pays d’Auge, suite à la publication, la même année, d’un décret qui autorise les fabricants de cidre à ajouter aux pommes à cidre une part de jus concentré.
Dans un contexte d’ouverture des marchés, les producteurs de cidre Pays d’Auge sont désormais protégés du risque de détournement du nom de leur produit : depuis le 14 Juillet 1999, deux règlements relatifs à la protection des Indications Géographiques Protégées (IGP) et les Appellations d’Origine Protégée (AOP) donnent un cadre juridique au produit concerné à l’échelle de l’Union Européenne. La démarche AOP consiste à protéger un produit unique, non reproductible dans un autre terroir, alors que l’IGP se fonde plutôt sur l’histoire et la réputation du produit. Pour l’IGP, les matières peuvent provenir de l’extérieur du terroir.

Le pôle d’excellence rurale « lait, viande, pomme : le Pays d’Auge par excellence »

Labellisé en juin 2006, le projet a donné lieu a une convention cadre signée avec l’État le 13 octobre 2006.
5 millions d’€ d’investissements ont été réalisés entre 2007 et 2010.

Concernant les filières lait, viande et cidricole, le pôle de compétence a permis à la filière cidricole du Pays d’Auge de :

  • moderniser et développer la capacité de production de la cidrerie de Livarot (CCLF)
  • moderniser le centre de recherche appliquée ARAC au Robillard
  • adapter les circuits de visites et moderniser les caves des producteurs adhérents de la route du cidre
  • créer la porte verte à Beuvron-en-Auge

Le Pôle d’Excellence Rurale « Des producteurs aux consommateurs, le Pays d’Auge naturellement »

Labellisé en 2010, près de 2,3 millions d’€d’investis-* sements ont été réalisés en faveur de la structuration des circuits cours sur le territoire du Pays d’Auge.

En 4 ans, 15 projets ont été réalisés :

  • aménagement et la rénovation des cuisines scolaires,
  • développement des points de vente,
  • diversification et développement de l’offre locale.

Pour en savoir plus :
Agreste