Contenu

GILLE Janine

 

Les Justes

Mme Janine Gille (née Boitard)
Date de naissance : 1907
Date de décès : 04/04/2001
Profession : Secrétaire
Particularité : Résistante, agent de liaison, épouse de Léonard GILLE, chef adjoint du service de renseignement militaire de Normandie

Localisation

Localite : Caen
Département : Calvados
Région : Basse-Normandie
Pays : France

Personnes sauvées

Mme Jeannette Silberman (née Tresser)

Mme Guina Tresser

 

L’histoire

Janine Gille-Boitard avait 36 ans en 1943 et résidait à Caen (Calvados). Fille d’un négociant en vins, elle était secrétaire de l’avocat Léonard Gille, adjoint du chef militaire de l’Armée Secrète en Normandie, dont elle devint l’agent de liaison et plus tard l’épouse. Grande figure de la Résistance du Calvados, Janine Gille se distingua en fournissant des renseignements, cachant des aviateurs alliés et aidant des réfractaires à rejoindre Londres.

Son action s’incarne dans l’héroïne du livre de Cornelius Ryan et du film « Le jour le plus Long ». En octobre 1943, la police procéda à la rafle des Juifs de Caen et arrêta Mme Tresser et ses deux filles Guina, 6 ans, et Jeannette, 4 ans, qui habitaient la même rue que Janine, M. Tresser étant prisonnier de guerre en Allemagne. La police rassembla les détenus en instance de déportation à la prison de la ville. Mais les autorités pénitencières refusèrent de garder les deux fillettes, sous prétexte de conditions inadaptées aux enfants. Aussi furent-elles placées à l’orphelinat de Caen.

Les gendarmes promirent qu’ils reviendraient le lendemain, pour les transférer à Drancy avec leur mère. Janine Gille à son retour du travail apprit le drame qui s’était déroulé dans sa rue et partit à la recherche de ses voisines. Ayant découvert le lieu d’hébergement de Guina et Jeannette, elle les enleva en pleine nuit et les mit à l’abri dans un couvent situé entre Caen et Lisieux.

Quelques jours plus tard, elle revint les chercher pour les placer, à Lisieux, chez une famille de fermiers âgés où elles furent hébergées jusqu’à la Libération. Janine leur assura une petite allocation, prélevée sur les fonds de la Résistance et venait régulièrement leur rendre visite à vélo. Pour Jeannette, chacune de ses visites était vécue comme l’apparition de « la belle fée blonde ». Ce fut aussi Janine qui accueillit Mme Tresser à la gare, à son retour de Bergen-Belsen.

Le 7 mai 2001, Yad Vashem a décerné à Janine Gille le titre de Juste des Nations.


Gille-Boitard, Janine
Janine (née Boitard) Gille was 36 years old in 1943 and lived in Caen (Calvados). The daughter of a wine merchant, she worked as a secretary to a lawyer named Léonard Gille, assistant to the military head of the Armée Secrète in Normandy. Janine became his liaison officer, and later his wife. An important figure in the Calvados Resistance, Janine Gille proved invaluable at providing information, hiding Allied aviators and helping evaders get to London.

Her actions were immortalized in Cornelius Ryan’s book, and later the film, The Longest Day. In October 1943, the police carried out a raid on the Jews of Caen and arrested Mrs. Tresser and her two daughters Guina, 6, and Jeannette, 4, who lived on the same street as Janine. Mr. Tresser was already a prisoner of war in Germany.

The police gathered the detainees at the town prison pending deportation. The prison authorities refused to keep the two young girls, however, on the pretext that conditions there were not suitable for children. They were thus placed in the Caen orphanage. The police promised to return the following day to transfer them to Drancy with their mother. On her way home from work, Janine learned of the tragic events that had occurred on her street and went looking for her Jewish neighbors. Having discovered where Guina and Jeannette were located, she took them away in the middle of the night and found them shelter in a convent between Caen and Lisieux.

A few days later, she took them from the convent to Lisieux, where a family of elderly farmers accommodated them until the Liberation. Janine promised the farmers a small sum of money, to be drawn from Resistance funds, and visited regularly by bicycle. To Jeannette, each of Janine’s visits was regarded as the appearance of “the beautiful blonde fairy.” Janine also welcomed Mrs. Tresser at the train station upon her return from Bergen-Belsen.

On May 7, 2001, Yad Vashem recognized Janine Boitard-Gille as Righteous Among the Nations.

Source : le comité Français pour Yad Vashem