Sécurité - Justice - Risques - Sécurité Routière

Contenu

INFLUENZA AVIAIRE : zone de contrôle à Houlgate et à Merville-Franceville

 

La mortalité anormale d’oiseaux sauvages, observée depuis quelques jours sur le rivage des communes littorales, perdure sur une grande partie du littoral.

Le virus de l’influenza aviaire qui circule en Europe, est particulièrement contagieux et pathogène pour les oiseaux et responsable des mortalités observées sur le littoral de la Manche.

Il faut rappeler que ce virus n’est pas transmissible à l’homme.

 

Compte tenu de la diffusion rapide du virus sur le littoral, le préfet du Calvados a pris un nouvel arrêté préfectoral visant à limiter la propagation du virus et à prévenir l’apparition de foyers en élevage.

Une zone de contrôle temporaire (ZCT) a ainsi été définie pour 21 jours sur le territoire des communes de Amfreville, Auberville, Cabourg, Dives-sur-Mer, Gonneville-en-Auge, Gonneville-sur-Mer, Grangues, Houlgate, Merville-Franceville-Plage, Periers-en-Auge, Sallenelles et Varaville.

Cette nouvelle zone est contigue à celle définie sur le territoire des communes de Hermanville-sur-Mer, Luc-sur-Mer, Plumetot, Cresserons, Saint-Aubin-d’Arquenay, Lion-sur-Mer, Colleville-Montgomery et Ouistreham.

Carte de la zone de contrôle temporaire en vigueur au 22 juin 2022 :

Rappel des mesures spécifiques applicables dans la zone de contrôle temporaire (ZCT) :

• claustration des animaux : toutes les volailles, y compris les volailles de basse-cour et tout autre oiseau captif, doivent être maintenues en permanence à l’intérieur de bâtiments ou sous filet ;
• interdiction de mouvements d’animaux vivants : aucune volaille vivante et aucun oiseau captif ne doit sortir des exploitations commerciales ou non commerciales. Des dérogations sont possibles, après accord préalable de la direction départementale de la protection des populations (DDPP), principalement dans le cadre d’un transport direct vers un établissement d’abattage ;
• les rassemblements d’animaux sont interdits (salons) ;
• les mouvements d’animaux de personnes, de véhicules, d’animaux domestiques au sein des exploitations (commerciales ou non) doivent être maintenus au strict minimum ;
• la vente directe d’animaux vivants domestiques à la ferme au consommateur final est interdite ;
• la vente directe sur les marchés de viandes issues des volailles est autorisée ;
• les œufs de consommation peuvent être commercialisés La traçabilité des œufs doit être assurée.
• une surveillance accrue des élevages et de la faune sauvage sera réalisée ;
• l’utilisation et le transport d’appelants pour la chasse au gibier d’eau est interdite ;
• tout contact avec les oiseaux de la faune sauvage est à éviter.

Levée de la zone de contrôle temporaire (ZCT) :

La ZCT est levée après 21 jours, si à la fois :
• aucun signe évocateur n’est décelé dans les exploitations ;
• aucun nouveau cas n’est identifié dans la faune sauvage.
Par conséquent, toute nouvelle détection dans la zone peut amener à modifier le périmètre et/ou à prolonger la durée des mesures.

Rappel des mesures de biosécurité en élevage et surveillance en toute période de l’année :

Les mesures de sécurité à mettre en place par tout détenteur d’oiseaux captifs ou de volailles pour éviter les échanges entre les élevages et les oiseaux de la faune sauvage sont les suivantes :
• abreuver et nourrir les animaux en bâtiment, quelle que soit la forme de la nourriture ;
• interdire tout accès aux points d’eau extérieur sauf si les animaux sont sous filets ;
• utiliser des vêtements et chaussures dédiés pour accéder à la partie de l’exploitation où sont placés les animaux ;
• surveiller quotidiennement les animaux et signaler le cas échéant, tout comportement anormal ou signe de maladie.

Le préfet du Calvados appelle à la vigilance tous les détenteurs, les vétérinaires, afin de limiter la propagation du virus et par conséquent, à une application effective des mesures de biosécurité.

En cas de découverte, d’oiseaux morts, il faut éviter d’y toucher afin de ne pas propager la maladie et avertir la mairie qui prendra les dispositions nécessaires ou l’Office français de la biodiversité.

Pour en savoir plus :