Vétérans, anciens résistants, acteurs et témoins du Débarquement en Normandie

Contenu

JAN DE VRIES

 

Jan de Vries est né en Frise, aux Pays-Bas, en 1924. Six ans plus tard, il immigre au Canada avec son frère aîné et sa mère, afin de rejoindre son père. A la déclaration de la guerre en 1939, Jan travaille dans le garage station service de son père. A l’âge de 19 ans, sa demande de s’enrôler comme membre d’équipage dans la Air Force canadienne est refusé en raison d’un léger problème de daltonisme.

Au début de 1943, il voit un petit groupe de parachutistes à Toronto. « Qu’est ce qu’ils avaient l’air classe ! Leurs uniformes aux pantalons nettement plissés, aux bottes bien cirées et aux bérets couleur bordeaux. Ce n’est pas seulement l’uniforme qui m’a impressionné, c’est leur apparence en général, leurs manières, la façon dont ils se comportaient. Je me suis dis : c’est fait pour moi ».
Le jeune Jan de Vries rejoint les parachutistes.

Après un entraînement de base au Canada, il arrive en Angleterre en 1943 à bord du Queen Elizabeth, avec le Premier Bataillon de Parachutistes. Jan de Vries achève sa formation de parachutiste prés de Ringway, à Manchester et obtient son brevet en septembre 1943. Le bataillon de Jan est rattaché à la légendaire 3e Brigade de Parachutistes de James Hill, au sein de la 6e Division aéroportée.

A 0h10 le 6 juin, Jan de Vries, de la Companie C, saute en parachute sur la Normandie, alors qu’il n’a que 20 ans. Le Premier Bataillon de Parachutistes canadien est impliqué dans certaines des plus importantes batailles de la Bataille de Normandie et ne manquera jamais ses objectifs. Le 31 juillet 1944, Jan de Vries est blessé par un tireur d’élite et évacué pour être soigné en Angleterre. En septembre, il rejoint son bataillon, sans prendre le temps d’une convalescence.

 

Il continue le combat jusqu’aux Ardennes belges, sur la rivière Maas aux Pays-Bas et il saute en parachute sur l’Allemagne pendant l’Opération Varsity de mai 1945. Jan retourne au Canada en février 1946 et il est libéré de ses fonctions militaires deux mois plus tard.

Avec son frère Harry, Jan crée une entreprise de taxi, mais après trois ans, il décide de suivre une formation de charpentier. Durant les quarante années qui suivent, Jan gravit les échelons de la profession jusqu’à devenir dirigeant d’une entreprise spécialisée dans des projets résidentiels et commerciaux de grande hauteur. A l’âge de 70 ans, il prend sa retraite.

Aujourd’hui âgé de 88 ans, Jan a toujours été très impliqué dans sa communauté, donnant des conférences pour des écoles et des groupes militaires, les accompagnant souvent sur les champs de bataille canadiens en Europe. Il a été Secrétaire et Président de la 1st Canadian Parachute Battalion Association jusqu’à sa récente dissolution en raison du déclin du nombre de ses membres. Il a également été l’un des principaux fondateurs du Centre Juno Beach, le musée canadien créé à Courseulles-sur- Mer en 2003. En 2004, Jan de Vries est président d’un projet de collecte de fonds dans le but d’acheter la Victoria Cross et le groupe de médailles attribué au Canadien Fred Topham, le seul titulaire de la VC de la 6e Division aéroportée. Le rachat des médailles permet d’éviter qu’elles ne soient vendues à l’étranger et elles sont maintenant exposées au Canadian War Museum à Ottawa.

Jan a reçu la Légion d’Honneur lors du 60e anniversaire du Jour J et il est membre de l’Ordre du Canada. En 2009, il a porté la flamme des Jeux Olympiques d’hiver chez lui à Pickering afin d’honorer la mémoire de ceux qui ont servi et qui servent encore dans les Forces canadiennes. Un honneur pour un homme qui, hier comme aujourd’hui, a tant fait pour rendre hommage à ses camarades tombés au combat.

« Qu’est ce qu’ils avaient l’air classe ! Leurs uniformes aux pantalons nettement plissés, aux bottes bien cirées et aux bérets couleur bordeaux. Ce n’est pas seulement l’uniforme qui m’a impressionné, c’est leur apparence en général, leurs manières, la façon dont ils se comportaient. Je me suis dis : c’est fait pour moi. »

Télécharger sa fiche portrait (format pdf - 196.1 ko - 18/04/2019)


Jan de Vries was born in Freisland, Holland in 1924. Six years later, he immigrated to Canada with his older brother and mother to join his father. In 1939, when war broke out, Jan was working in his father’s garage and service station. At 19 years of age he applied to enlist in the Canadian Air Force as aircrew but being slightly colour blind he was refused.

In early 1943, he happened to see a small group of paratroopers in Toronto. “Boy, did they look sharp ! The uniforms, with neatly pressed trousers, the highly polished boots, the maroon berets. It was not only the uniforms which impressed me, it was their total appearance, their manner, the way they carried themselves. I thought this is for me”. Teenager Jan de Vries joined the parachutists.

After basic training in Canada, he arrived aboard the Queen Elizabeth in England with 1st Canadian Parachute Battalion. Jan de Vries completed his parachute training near Ringway, Manchester, qualifying as a parachutist in September 1943. Jan’s battalion was seconded to the legendary James Hill’s 3rd Parachute Brigade of 6th Airborne Division.

At 0010 hours on 6th June, as a member of C Company, Jan de Vries jumped in to Normandy, he was 20 years old. The Canadian Battalion was involved in some of the heaviest fighting of the entire Battle of Normandy but it never failed in its objectives. Jan de Vries was wounded by a sniper in July 1944 and evacuated to England but in September after treatment, rather than convalesce, he returned directly to the battalion. He continued the fight with his battalion in the Belgian Ardennes, fought in Holland on the River Maas and jumped into Germany on Operation Varsity in March 1945. Jan returned to Canada in February 1946, two months later he was honourably discharged from the army.

With his brother Harry, Jan set up a taxi business but after several years he decided to train as a carpenter. Over the next forty years Jan rose in the profession to become production manager for a company specialising in residential and commercial high rise projects, finally retiring aged 70.

Today, at 88 years, Jan is very involved in his community, he lectures to school and military groups, often accompanying them to the Canadian Battlefields in Europe. Jan was Secretary and President of 1st Canadian Parachute Battalion Association until recently when it was disbanded due to its dwindling number of members. He was also a founding director of the Juno Beach Centre, the Canadian museum created in Courseulles-sur- Mer in 2003. In 2004, Jan de Vries was chairman of the fundraising project to buy the Victoria Cross and medal group awarded to Canadian Fred Topham, 6th Airborne Division’s only VC winner. The successful purchase prevented the medals from being sold abroad and the decorations are now on display at the Canadian Army Museum in Ottawa.

Jan was awarded the French Legion d’Honneur on the 60th anniversary of D-Day and is a member of the Order of Canada. In 2009, Jan de Vries carried the winter Olympic torch in his home town of Pickering to honour the memory of those who have served and are serving in the Canadian Forces. Fitting tributes to a man who has achieved so much in honouring the memory of his fallen comrades past and present.

« Boy, did they look sharp ! The uniforms, with neatly pressed trousers, the highly polished boots, the maroon berets. It was not only the uniforms which impressed me, it was their total appearance, their manner, the way they carried themselves. I thought this is for me. »

Download his portrait file (format pdf - 196.1 ko - 18/04/2019)