Contenu

La politique de la ville dans le département

 

La politique de la ville a pour ambition de réduire les inégalités sociales et les écarts de développement entre les territoires, et d’enrayer la dégradation des conditions de vie dans les quartiers défavorisés.

 

La conduite de la politique de la ville, et en particulier la mise en œuvre et le suivi des contrats de ville, relèvent de la responsabilité du Préfet de département, qui est délégué territorial de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) et de l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires (ANCT). Le Préfet s’appuie sur la Direction départementale de l’Emploi, du Travail et des Solidarités (DDETS) pour mettre en œuvre les divers dispositifs de la politique de la ville.

La conduite de cette politique au niveau local est renforcée par la création, dans le cadre de la dynamique « espoir banlieues », de deux postes de délégués du préfet dans les quartiers prioritaires de la ville de Caen, d’Hérouville Saint Clair, de Lisieux et de Honfleur.

Pour répondre au cumul de difficultés qui touchent ces territoires, cette politique recouvre une grande diversité d’interventions qui complètent les autres politiques publiques (éducation, logement, action sociale…).

  • Elle associe des dispositifs de droit commun des ministères et des programmes d’actions spécifiques, souvent interministériels,
  • Elle s’inscrit dans le cadre de partenariats locaux, matérialisés par la conclusion de contrats entre l’État et les collectivités territoriales (les Contrats de ville), supports d’une mobilisation des acteurs économiques, associatifs et des habitants concernés,
  • Elle se concentre sur des territoires reconnus prioritaires.
 
 
 
 
 

Les différents dispositifs de la politique de la ville :

  • Les programmes de réussite éducative de Caen, Hérouville Saint Clair, Colombelles et Lisieux et autres dispositifs éducatifs, qui visent à inscrire dans un parcours individuel de réussite les enfants en difficulté de 2 à 16 ans en agissant dans les domaines de la santé, de la scolarité et du soutien à la parentalité.
  • Des postes d’adultes relais qui peuvent être accordés à des associations, des collectivités locales, des comités d’entreprises, des offices publics et organismes HLM , des établissements publics de santé, afin d’occuper des fonctions de médiation

Pour en savoir plus : Site internet du ministère de la cohésion des territoires