Contenu

Michel Cacaud (1898-1962)

 

 
Né en 1898 à Vibraye dans la Sarthe, Michel Cacaud devance l’appel pour combattre sur le front, dès ses 18 ans, en 1916. Il est démobilisé à la fin de l’année 1919. Fort d’une licence en droit, il commence une carrière dans la préfectorale. Rédacteur au Secrétariat général de la République à Strasbourg en 1920, il gravit les échelons avec succès : chef de cabinet du préfet de Moselle en 1923, sous-préfet de Wissembourg (Bas-Rhin) l’année suivante puis de Bellac (Haute-Vienne) en 1929.

Il est ensuite nommé secrétaire général de la préfecture d’Indre-et-Loire et de Charente-Inférieure, avant d’obtenir son premier poste de préfet, dans ce même département, pendant la Drôle de guerre en février 1940.

Il était préfet dans le Gers lorsqu’il est appelé à rejoindre le Calvados, après le limogeage d’Henri Graux le 26 août 1942. Il y appliquera sans état d’âme la politique de Pierre Laval. Plus amène avec les partis de collaboration, il orchestre avec zèle les réquisitions de main-d’œuvre : les exigences allemandes sont remplies avec succès en 1942 et en 1943.
Pour autant, pendant l’été 1944, le préfet ne démérite pas. Il reste dans Caen assiégé, l’interlocuteur privilégié des Allemands, soucieux de rendre - autant que faire se peut - la vie des sinistrés supportable. Faut-il voir dans son attitude la volonté de maintenir coûte que coûte l’autorité du gouvernement de Vichy jusqu’au dernier moment ?

Quoiqu’il en soit, Michel Cacaud est destitué le 9 juillet 1944, dès la libération de la ville. Il n’est pas inquiété par la justice de l’épuration, mais, à 46 ans, sa carrière préfectorale est terminée : il est mis en disponibilité sans traitement. Après un an d’expectative, il est mis à la retraite le 1er juillet 1946.

© Françoise PASSERA, Ingénieure d’études - Université de Caen