Contenu

Portrait d’un vétérinaire de l’Etat mobilisé pour les Jeux Equestres Mondiaux

 
Raphael Fayaz Pour

Raphaël Fayaz-Pour est inspecteur de la Santé Publique Vétérinaire pour la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) du Calvados. Il est le chef du service Protection Sanitaire et Environnement et sera mobilisé en tant que vétérinaire de l’État pour les Jeux équestres mondiaux.

 

Quelles sont les missions quotidiennes d’un vétérinaire de l’État ?

La DDPP est chargée de répondre aux questions de sécurité sanitaire et économique. Les missions de ses vétérinaires sont de veiller à la qualité, à la sécurité et à la loyauté de l’alimentation, d’assurer le suivi sanitaire par des contrôles au stade de la production et de la distribution.
Au quotidien, nous devons aussi prévenir les risques de contamination des aliments, réagir aux alertes et signalements, vérifier la conformité et la sécurité des produits mis sur le marché.
Il faut assurer la surveillance de la santé et de la protection animale en contrôlant l’état sanitaire et la traçabilité des animaux domestiques. La DDPP surveille les grandes maladies animales et veille au respect des règles d’élevage, lors de transports et de manifestations.
Nous intervenons aussi dans les zoos, pour protéger l’environnement et la faune sauvage captive. Enfin, nous veillons au respect des garanties sanitaires à l’exportation et l’importation des denrées alimentaires et des animaux vivants.

Quelles seront vos missions spécifiques dans le cadre des JEM ?

Les jeux équestres mondiaux vont rassembler un millier de chevaux athlètes de haut niveau défendant les couleurs de plus de 70 nations. Ces jeux équestres se déroulent en Basse-Normandie, première région d’élevage équin de France. Ces mouvements d’équidés accroissent la possibilité d’apparition de maladies épizootiques durant cet événement.
Le rôle des services vétérinaires est de limiter ce risque et de prendre les mesures adaptées en cas d’apparition de foyer épidémique.
Selon le type d’incident, la prise en charge des risques se répartit entre le comité d’organisation, le réseau d’épidémio-surveillance de pathologie équine (RESPE) et les services de l’État en département. Elle nécessite une grande réactivité afin d’identifier la maladie, d’en circonscrire l’étendue et d’éradiquer le foyer confirmé. Elle repose sur une traçabilité efficace des équidés et sur le déploiement de plans d’urgence bien rodés en amont.
Enfin, la DDPP est en charge du contrôle du respect de la protection animale, notamment lors de leur transport. Elle réalise également des visites des structures d’hébergement afin d’évaluer le statut sanitaire des équidés présents.

Quelles seront les particularités de ces jeux ?

Cette édition des jeux équestres en Basse-Normandie implique une région et non pas une ville comme les éditions précédentes (Jerez, Lexington…).
La Direction Régionale de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt (DRAAF) a donc pour rôle de cordonner l’action des 3 DDPP de la Manche, du Calvados et de l’Orne. Cette mission de coordination s’effectue en relais avec l’autorité compétente : la direction générale de l’alimentation (DGAL) du Ministère de l’agriculture. La DRAAF attribue des moyens spécifiques pour cet événement en recrutant 2 vétérinaires officiels ainsi que 3 contractuels qui effectueront les opérations de certification.
Une centaine de vétérinaires bénévoles et d’étudiants vétérinaires seront présents durant les Jeux sur les épreuves, ils seront sous la responsabilité de la vétérinaire coordinatrice des Jeux. Pour ces bénévoles qui viennent de toute la France, c’est un vrai challenge et une expérience professionnelle unique à vivre.