Vétérans, anciens résistants, acteurs et témoins du Débarquement en Normandie

Contenu

Richard H. Rohmer, Major-Général de l’ARC

 

Né le 24 janvier 1924 à Hamilton, Ontario, Richard Rohmer rejoint l’Aviation Royale du Canada au début de la Seconde Guerre mondiale. Il est alors âgé de 18 ans.

Il pilote des chasseurs Mustang P- 51, survole les plages de Normandie le Jour J, participe à la Bataille de Normandie en tant que pilote de chasseurs de reconnaissance quand il repère Rommel et contribue à le mettre hors d’état de combattre le 17 juillet 1944.

Richard Rohmer n’est pas autorisé à attaquer le véhicule du maréchal Erwin Rommel, mais il rapporte par radio l’emplacement au Centre de Contrôle qui envoie les deux Spitfires qui mènent l’attaque. Richard Rohmer prend part à la libération de la France, de la Belgique et de la Hollande.

 

Richard Rohmer n’est pas autorisé à attaquer le véhicule du maréchal Erwin Rommel, mais il rapporte par radio l’emplacement au Centre de Contrôle qui envoie les deux Spitfires qui mènent l’attaque. Richard Rohmer prend part à la libération de la France, de la Belgique et de la Hollande.

Après la guerre, il continue dans l’aviation et atteint en 1978 le rang de Major-Général, Chef de la Réserve des Forces armées canadiennes. Citoyen le plus décoré du Canada, il quitte les forces armées en 1981. Après la guerre, Richard Rohmer trouve sa voie dans l’exercice du Droit où il continue à se distinguer encore aujourd’hui. Il est actif dans le domaine juridique, militaire et auprès des entreprises. Il est l’auteur prolifique d’ouvrages de fiction et historiques.

Le 6 juin 2004, il est le Président des commémorations du 60e anniversaire du Jour J qui se déroulent en présence de la Reine (qu’il escorte) au Centre Juno Beach de Courseulles-sur-Mer.

« Ma motivation était de vaincre l’ennemi mortel et de libérer l’Europe. En regardant 65 ans en arrière, nous, les vétérans du Jour J, pouvons voir que nous avons joué un rôle important au cours d’un gigantesque assaut militaire qui marquait le point de départ de grands changements pour le futur de l’Europe et du monde entier. Notre succès du Jour J a coûté cher, mais il était l’imprévisible fondation d’une humanité meilleure. »

Télécharger le document "Voix de vétérans" (format pdf - 911.6 ko - 18/04/2019)


Born in January 24, 1924 in Hamilton, Ontario, Richard Rohmer joined the Royal Canadian Air Force at the age of 18, early in Second World War.

He flew P-51 Mustang fighters, was over the beaches of Normandy on D-Day and took part in the Battle of Normandy as a fighter reconnaissance pilot. That is when he spotted Field Marshal Erwin Rommel and aided in taking him out of the war on July 17, 1944. Rohmer was not permitted to attack the staff car but reported its location by radio to the Group Control Centre who sent in two Spitfires that carried out the attack. Rohmer took part in the liberation of France, Belgium and Holland.

After the war, he continued with the Air Force, attaining in 1978, the rank of Major-General, Chief of Reserves of the Canadian Armed Forces. Canada’s most decorated citizen, Rohmer left the Armed Forces in 1981.

After the war, Richard Rohmer found his way into the practice of law where he continues to distinguish himself. He is active in a range of legal, corporate and military activities. He is a prolific fiction and non-fiction writer. He was chairman of the 60th anniversary of D-Day celebrations which took place in the presence of the Queen (whom he escorted) at the Juno Beach Centre in Courseulles-sur-Mer on June 6, 2004.

“My motivation was to defeat the deadly enemy and liberate Europe. Looking back over 65 years, we veterans of D-Day can now see that we had a strong role in an enormous military assault that was the beginning point of massive changes in the future of Europe, and indeed of the entire world. Our costly D-Day success at Juno Beach laid the unforeseeable foundation for the betterment of mankind.”

Download the document "Veterans’ voices" (format pdf - 911.6 ko - 18/04/2019)