Contenu

Se déplacer en toute sécurité : en automne, oui à la prudence pour tous !

 

Feuilles mortes sur la route, chaussée glissante, soleil rasant, traversées d’animaux sauvages, la brume, la pluie, le brouillard… A l’arrivée de l’automne les risques sur la route sont plus importants. Et tous les usagers de la route sont concernés : les piétons, les cyclistes, les motards, les automobilistes comme les trottinettes. Retrouvez quelques conseils pratiques pour anticiper au mieux et assurer votre trajet en toute sécurité.

 

En automne un seul mot d’ordre : voir et être vu des autres usagers de la route

A l’arrivée de l’automne, les journées sont plus courtes et la luminosité diminue. Le passage à l’heure d’hiver accentue d’autant plus ce phénomène, et être visible devient alors une priorité. Par conséquent, les périodes d’obscurité augmentent et les trajets domicile-travail s’effectuent régulièrement de nuit. Comme l’explique Marie Gautier-Melleray, Déléguée Interministérielle à la Sécurité Routière dans un communiqué de presse en 2020 “Nous observons chaque année un pic d’accidentalité après le week-end du changement d’heure, jusqu’à +42 % d’accidents en plus pour les piétons sur la tranche de l’heure de pointe du soir (17h-19h) entre les mois d’octobre et novembre.”

Que ce soit à pied, à vélo, en trottinette électrique, en voiture ou à moto, il est important de toujours veiller à être visible des autres usagers de la route.

Usagers de la route, soyez bien équipés en automne


Se déplacer à pieds en automne

Pensez à porter des vêtements clairs et/ou à avoir des équipements rétroréfléchissants pour être vu des autres usagers de la route à 150 mètres (bandes réfléchissantes, brassards, gilets…)

Se déplacer à vélo en automne

Comme tous les usagers de la route, le cycliste et le vélo doivent être visibles sur la route. Les bons réflexes à avoir en automne quand on se déplace à deux roues :

  • Vérifiez l’équipement de votre vélo : la présence de catadioptres en bon état et de feux avant et arrière allumés
  • Pensez à vous munir d’un gilet rétroréfléchissant

Se déplacer en trottinette électrique en automne

Sur un engin de déplacement personnel motorisé (EDPM) de manière générale, il est important d’être vu des autres usagers de la route dans l’obscurité. Les trottinettes électriques, qu’elles soient personnelles, de location ou en libre-service, comme pour le vélo, doivent être visibles par les autres usagers de la route. Tout comme son utilisateur. Les bons réflexes à avoir en automne quand on se déplace en trottinette électrique : la trottinette et son utilisateur doivent être visibles :

  • Vérifiez l’équipement de votre trottinette : la présence de catadioptres en bon état et de feux avant et arrière allumés
  • Pensez à vous munir d’un gilet rétroréfléchissant

Se déplacer en voiture ou en deux-roues en automne

En cette saison, la pluie ou le brouillard peuvent diminuer fortement la visibilité d’un conducteur sur la route. Aussi, lorsqu’il est nécessaire, il est important de rouler en feux de croisement dès que la luminosité est insuffisante, mais aussi, d’activer ses feux de brouillard avant si besoin.

Attention ! L’utilisation des feux de brouillard obéit à une réglementation stricte selon l’article R416-7 du code de la route. Il est interdit de mettre ses feux de brouillard arrière lorsqu’il pleut, pour ne pas éblouir les autres automobilistes. Ils ne sont autorisés qu’en cas de brouillard ou de chute de neige.

Avant de prendre la route, veillez à ce que vos phares de voitures soient en bon état et nettoyés pour en assurer une meilleure efficacité.

Pensez à avoir des essuie-glaces en bon état. L’été, avec la chaleur et le soleil, ceux-ci peuvent être abimés et ne plus essuyer correctement le champ de vision du conducteur.

Conduire en automne : attention chaussée glissante !

Au-delà de la luminosité, les conditions météorologiques peuvent également avoir un fort impact sur la conduite et la visibilité sur la route. Voiture, moto, scooter, vélo et trottinette électriques sont concernés.

Les conditions météorologiques peuvent avoir des conséquences sur l’adhérence de la route, notamment lorsqu’il pleut. En effet, la chaussée étant plus glissante, automobilistes, cyclistes et autres usagers de la route peuvent déraper plus rapidement. A cela s’ajoutent les feuilles mortes qui s’accumulent en bordure de route. Celles-ci peuvent rendre la chaussée encore plus glissante, il faut donc redoubler de vigilance sur les routes bordées d’arbres. De même, une flaque d’eau peut masquer une déformation de la chaussée ou du trottoir, soyez vigilants !

Aussi, par temps de pluie mais aussi par temps sec, il est important de toujours respecter la distance de sécurité réglementaire et la vitesse maximale de circulation autorisée.