Contenu

Cérémonie du 14 juillet

 

La cérémonie du 14 juillet s’est tenue place Foch à Caen. Un hommage a été rendu à toutes celles et ceux qui se sont mobilisés au service des français et ont lutté contre la propagation du virus.

Déroulé de la cérémonie :

  • Arrivée de Monsieur le Préfet du Calvados.
  • Honneurs ;
  • Revue du dispositif par l’autorité militaire principale et le Préfet du Calvados ;
  • Dans le cadre de « l’année De Gaulle », lecture du discours prononcé le 13 juillet 1940 à la radio de Londres (format pdf - 105.9 ko - 14/07/2020)
  • Lecture de passages des mémoires de Jean-Marie GIRAULT, rendant hommage aux équipes d’urgence de Caen durant l’été 1944, par deux jeunes participants.
  • Remerciements aux porte-drapeaux et aux délégations
 

Extraits du discours du préfet du Calvados (seul le prononcé fait foi)

« Supposons que la France perde subitement ses cinquante premiers » médecins, ses cinquante premiers infirmiers, ses cinquante premiers sapeurs-pompiers, ses cinquante premiers policiers, ses cinquante premiers gendarmes, ses cinquante premiers militaires, ses cinquante premiers commerçants, ses cinquante premiers professeurs et les quelques milliers d’autres personnes œuvrant pour maintenir la vie de notre pays.
A la seconde même de cette perte, la France deviendrait « un corps sans âme » et il faudrait au moins une génération entière pour réparer ce malheur. Car, comme l’affirmait Saint-Simon – auteur de la célèbre parabole que je reproduis aujourd’hui - « les hommes qui se distinguent dans les travaux d’une utilité positive sont de véritables anomalies, et la nature n’est pas prodigue d’anomalies, surtout de celles de cette espèce ».

En ce 14 juillet 2020, jour de fête nationale habituellement organisée autour d’un défilé, j’ai naturellement une pensée pour les militaires qui servent notre pays. Alors que les guerres se sont transformées, que les armes se sont multipliées et que le terrorisme a fait vaciller nos certitudes, nos militaires n’ont jamais failli à leur devoir.

80 ans et 1 jour après le discours prononcé par le général De Gaulle - récité il y a quelques minutes -, le 14 juillet 2020 rend hommage à celles et ceux prêts à se sacrifier, à chaque instant, pour notre pays.

Terre d’Histoire, le Calvados est marqué par le courage de nos soldats. Je tiens à saluer ici nos anciens combattants dont la bravoure et la détermination ont permis à notre pays de retrouver sa liberté.

Le semestre qui vient de s’écouler nous a également appris à reconnaître l’utilité de celles et ceux qui ont trop souvent été oubliés, malgré leur indispensable présence pour notre société.
Il s’agit des personnels soignants, des sapeurs-pompiers, des acteurs du champ social, des associations de sécurité civile et de tous les bénévoles ayant contribué à notre protection.

Par votre générosité et votre patience, vous avez permis – quand cela était possible – de sauver les vies que le virus souhaitait nous prendre. Les applaudissements à votre égard, tous les soirs à 20h, ont dit beaucoup du soutien que la population vous accorde.
L’ensemble des Français sauront se souvenir des sacrifices que vous avez consentis pour leur sauver la vie. Votre résilience quotidienne vous honore et nous impose à tous le plus profond des respects.

Je souhaite remercier également les forces de l’ordre de notre département.
Marqués hier par la crise sociale qui défilait chaque samedi dans les rues et aujourd’hui par les graves accusations à leur encontre, je souhaite souligner leur engagement quotidien pour la protection de nos concitoyens.
En ayant choisi de servir votre pays, vous avez accepté de représenter les valeurs de la République française et d’en assurer l’exemplarité.

Je tiens aussi à saluer les bénévoles, les commerçants, les artisans, les agriculteurs, les caissiers, le personnel associatif et tous les autres « faiseurs » qui ont constitué la deuxième ligne sur le front de la crise sanitaire.
Lors du confinement, vous avez permis au cœur de la nation de continuer à battre. Votre dur labeur et votre dévouement ont permis à vos concitoyens de continuer à vivre, plus ou moins normalement, sans s’inquiéter des vivres et des réserves alimentaires.
Votre engagement auprès des plus fragiles, que se soit par un soutien psychologique ou par l’aide alimentaire, a permis de maintenir la solidarité dans notre société.
Notre pays, qui affronte désormais une crise économique sans précédent, aurait été bien plus fragilisé sans votre action. Les Français ne l’oublieront pas.

Ces six derniers mois ont également été l’occasion pour moi de faire la rencontre des femmes et des hommes des différents services de l’État dans le Calvados.
Je pense ici aux personnels de l’éducation, de l’environnement, du champ social, de la fiscalité, de la sécurité et de l’ensemble des services de l’État.
Vous êtes les ouvriers indispensables de l’action et de la continuité de notre pays. Vous incarnez l’intérêt général au quotidien et vous n’avez pas hésité à vous engager lors de la crise.
Au nom de l’État – et donc au nom de votre employeur – je vous en remercie.

Je veux souligner ici l’importance des élus, et notamment des maires, qui ont été des acteurs indispensables au cœur de la crise. Par un dialogue régulier avec les services de l’État, ils ont su adapter leurs missions pour répondre aux attentes des citoyens. Leur action en faveur du maintien de la scolarisation des élèves en est un parfait exemple.

Je pense également à leurs collaborateurs et leurs agents, chevilles ouvrières de ces actions et qui ont démontré la force de la solidarité entre les territoires.

Je tiens à saluer particulièrement les agents de la ville de Caen mais aussi les agents de Twisto, présents parmi nous aujourd’hui.

Mes derniers mots s’adressent à l’ensemble d’entre vous, fonctionnaires, militaires, civils, élus, bénévoles. Tous, ensemble, par la force de vos actions et vos attachements aux valeurs de la République française, forcez l’admiration de celles et ceux que vous protégez.

Et c’est pour moi une immense fierté de servir l’État à vos côtés.



Rediffusion de la cérémonie du 14 juillet place Foch à Caen