Contenu

Risques associés à la présence d’une cavité souterraine

 

La plupart des marnières exploitées en Normandie ne faisaient l’objet d’aucun comblement dans les règles de l’art à l’issue de l’exploitation. Dans la majorité des cas, seul le puits était comblé ou en partie comblé. Bon nombre de ces marnières ont donc été oubliées, et sont redécouvertes régulièrement au grè d’effondrements ou d’affaissements.

Ces phénomènes, courants sur les plateaux crayeux normands, sont liés au vieillissement des anciennes chambres et galeries d’exploitations souterraines.

La ruine d’une ancienne marnière peut induire trois grands types de désordres en surface :

• l’effondrement localisé, qui est lié à la remontée en surface d’une cloche de fontis ou au débourrage du puits d’accès. Il s’agit du phénomène le plus courant en Normandie, et concerne tous les types d’exploitation (chambres et piliers, chambres et galeries, catiches).

Les effondrements localisés sont généralement circulaires et varient de quelques décimètres à plusieurs mètres de diamètre, selon les dimensions de la carrière.

• l’effondrement généralisé, qui est lié à la rupture d’un ou plusieurs piliers de soutènement. Rare en Normandie, ce type de phénomène ne concerne que les carrières souterraines exploitées par chambres et piliers.

Les dimensions surfaciques d’un tel phénomène sont généralement importantes (quelques mètres à plusieurs dizaines de mètres de diamètre) et dépendent également de la géométrie de l’exploitation.

• L’affaissement, qui correspond à une déformation souple, sans rupture et progressive de la surface du sol se traduisant par une dépression en forme de cuvette, généralement à fond plat, et sur des terrains plutôt élastiques qui vont supporter la déformation sans rompre.

Il s’agit souvent d’un phénomène symptomatique des carrières souterraines soit mal remblayées soit, lorsqu’elles sont profondes, recouvertes par des formations "souples".